>

Forum de comptabilité et fiscalité

Cours : LES CHARGES DE LA COMPTABILITÉ ANALYTIQUE

marouane
marouane

Messages : 48
Points : 92
Date d'inscription : 26/02/2020
Age : 34
Localisation : Rabat

Cours : LES CHARGES DE LA COMPTABILITÉ ANALYTIQUE Empty Cours : LES CHARGES DE LA COMPTABILITÉ ANALYTIQUE

Message par marouane le Mer 19 Aoû - 23:10

Les charges de la comptabilité générale doivent subir des retraitements préalablement à leur imputation ou/et affectation au coût étudié. On distingue parmi les charges de la comptabilité financière des :
־ Charges incorporables : ces charges sont admises par la comptabilité de gestion lors de la détermination d’un coût précis (coût d’achat, de production, de revient), elles sont constituées généralement par tout ce qui est lié au cycle d’exploitation (Charges d’exploitation).
־ Charges non-incorporables : ces charges non sont nullement admises par la comptabilité de gestion ce qui fera d’elles, des charges à ne pas prendre en compte lors du calcul d’un coût précis (coût d’achat, de production, de revient), elles se constituent notamment par l’intégralité des charges non-courantes figurant dans la comptabilité financière et plus exactement :
• D.E.A de l’immobilisation en non-valeur.
• D.E.P pour dépréciations.
• Impôts sur les résultats.
• Valeurs nettes d’amortissement des immobilisations cédées.
• Dotations non-courantes.
• Subventions accordées.
• Autres charges non-courantes.
• Autres charges des exercices antérieurs (d’exploitation, financières et exceptionnelle).
־ Charges supplétives : ces charges n’ont aucun rapport avec la comptabilité financière, elles prennent essence exclusivement de la comptabilité de gestion. Parmi ces charges et les plus couramment utilisées on extrait :
• La rémunération de l’exploitant individuel : une charge fictive (n’existant pas en réalité) qui vient incarner le salaire de l’exploitant, lequel ce dernier n’en n’a pas le doit en comptabilité générale. Pour que cette charge soit le plus possible exacte, l’exploitant doit avoir comme information le salaire qui est à toucher par un employé exerçant la même fonction que lui (Gérant…) dans une société.
• La rémunération de capitaux propres : une charge fictive sur laquelle l’exploitant tient compte des intérêts sur son propre capital, il le considère comme il a été contracté auprès d’une institution pécuniaire et que par suite logique il va y avoir des intérêts à verser en plus du principal (Annuité), mais l’objet de cette charge et limité sur l’intérêt seulement.
־ Charges de substitution : ces charges sont à l’instar des autres, admises, par la comptabilité de gestion seulement que celles-ci devront inéluctablement subir un retraitement avant d’être imputées ou/et affectées au coût calculé. (amortissements, loyer, assurance…Etc.).
 
À l’exception des charges non-incorporables, les charges admises (incorporables, supplétives et de substitution) seront divisées en deux, charges directes et indirectes :
Charges directes : ce sont toutes les charges liées immédiatement au calcul d’un coût précis.
Charges indirectes : ce sont des charges liées indirectement au calcul d’un coût précis.
Elles doivent subir un retraitement avant d’être imputées aux coûts (d’achat, de production ou de revient). Ce retraitement se réalise sur des centres d’analyse qui donneront en fin de compte un « Tableau de répartition des charges indirectes » sur lequel on répartira les charges selon des clés dites de répartition…Etc.

Exemples de charges directes et indirectes :
- Le prix d’achat de matières est une charge directe pour le coût d’achat de matières.
- Le coût d’achat des matières consommées est une charge directe pour le coût de production d’un produit déterminé.
- Les salaires du personnel travaillant dans un atelier de fabrication constituent une charge directe pour le coût de production de ce qui sort de cet atelier comme produits.
- La consommation énergétique d’électricité dans un atelier de fabrication est une charge directe pour le coût de production (de ce qui sort de cet atelier comme produits).
- Les frais de transport ou de douane sur achats de matières constituent une charge indirecte pour le coût d’achat de ces matières.
- Les frais de transport sur Ventes effectuées sont une charge indirecte pour le coût de revient des produits vendus.
- Même principe, même raisonnement à suivre.

NB : Pour la consommation énergétique d’électricité, cette charge ne peut être directe que lorsque chaque atelier de production ait un compteur autonome spécifié pour lui seul, afin d’avoir l’information pertinente de la quantité en KWH qui a été consommée dedans. À contrario, lorsque la consommation est globale, dépend de plusieurs ateliers, il est difficile de savoir la quantité qui a été consommé séparément dans chaque atelier puisque 1 seul compteur et de nombreux atelier, dans ce cas-là, cette consommation sera considérée comme charge indirecte, qui selon les principes de la comptabilité de gestion doit forcément subir un traitement dans le « tableau de répartition des charges indirectes ».

    La date/heure actuelle est Ven 27 Nov - 5:56